Qui porte la charge invisible à la maison ?

19/06/2018 | 8 commentaires
4/5 | 59 votes

Qui porte la charge invisible à la maison ?

La charge mentale, ça vous dit quelque chose ? C’est Emma, une talentueuse illustratrice qui a posé ces mots sur ce que vivent nombreux couples au quotidien (découvrez son travail ici). On ne vous l’apprend pas, la vie de famille n’est pas de tout repos : beaucoup de tâches à accomplir pour entretenir la maison, pour s’occuper des enfants, leur santé, leur scolarité, les repas à planifier et les courses qui vont de paire, les vacances à organiser, l’administratif au quotidien… 
La liste est longue et « encombrante » quand on doit avoir tout ça en tête au quotidien ! 
Là où ça se corse, c’est que dans une grande majorité des cas, un seul des deux adultes porte la plus grande part de cette charge mentale (la planification, l’anticipation…) et il s’agit bien souvent des femmes. Une charge quasi invisible pour le conjoint qui mesure difficilement le déséquilibre et croit faire sa part en proposant son « aide ». Ce dont l’autre a besoin n’est pas d’un exécutant mais bel et bien d’un co-équipier qui prend des initiatives, qui porte sa part de charge mentale,  pour mener à bien la petite entreprise que représente une famille. 

Comment réussir à ouvrir les yeux de l’autre sur la situation ? Comment instaurer une répartition équitable des tâches ? Comment réussir à partager cette charge invisible ? 
Si seulement nous avions la solution ! 
Nous vous proposons néanmoins quelques pistes de réflexion pour un quotidien un peu plus équitable.

La prise de conscience


Si vous souhaitez entamer une petite révolution à la maison, encore faut-il que les deux parties aient conscience du déséquilibre qui règne. Une solution simple : on inverse les rôles. Pendant une semaine, un mois… À votre convenance. Rassurez-vous, même si le conjoint n’est pas coutumier de certaines tâches, tout ira bien ! Il vous a vu(e) faire pendant des mois, des années, et s’il accepte de jouer le jeu, la bonne volonté et le bon sens devraient garantir la « survie » de votre famille pendant l’exercice. Attention : essayez de ne pas interférer ; votre façon de faire n’est pas la seule. Laissez-lui sa chance, du moment qu’il / elle fait de son mieux ! Si vous aspirez à un véritable partage des tâches, peut-être faut-il commencer par montrer l’exemple et accepter de peser le même poids que l’autre au moment de la définition des règles du jeu.


Le Bilan


Vous avez échangé les rôles pendant une semaine et tout le monde se porte bien ? Magnifique ! Voici venue l’heure du bilan.  Échangez, parlez de vos ressentis, de vos doutes, des bonnes idées que vous avez observées ; la bonne foi est de rigueur ! 
Soit, vous avez serré les dents en l’observant en pleine séance d’improvisation pour le coucher des enfants. Mais la vraie question qui se pose est : ont-ils bien dormi ? Oui ? Deux modus Operandi pour un même résultat… Nous tenons une piste ! 
Et vous, qu’avez-vous fait de ce temps libéré ? Peut-être n’avez-vous pas résisté à l’obligation de ranger… Il y a tant à faire ! On comprend cela. Cependant, essayez progressivement de vous réconcilier avec votre canapé. Ne rien faire, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ; il faut juste se remettre en selle.
Si à l’issue de ce bilan, le « bras droit » réalise que vous n’avez pas besoin d’une simple « aide » mais d’un réel coéquipier, c’est presque gagné ! Il ne reste qu’à mettre les choses à plat et à s’organiser.  Ensemble !

Quelques pistes à envisager :



1 - Chacun son domaine.

Il peut sembler difficile d’être deux à tenir les rênes ; une faille dans la communication et on se retrouve à s’être occupés tous les deux de la même tâche en en délaissant une autre toute aussi importante. Des sensibilités différentes et tout fait l’objet de débats… Si tel est le cas chez vous, il serait intéressant de déterminer les champs d’action de chacun, en fonction de son aisance et ses capacités à gérer tel ou tel type de tâche. Le préposé à chaque « tâche » devient alors responsable de A à Z. Une fois le partage fait, mettez tout par écrit et passez un contrat. Oui, un contrat ! Ça peut paraître bien formel mais c’est bien de cela qu’il s’agit quand on construit une famille : ON S’ENGAGE. Non ça ne tuera pas l’amour, bien au contraire. Attention : pas le droit à l’ingérence dans le domaine de l’autre ; c’est à celui qui réfléchit, planifie et agit que revient le dernier mot. Bien entendu, nous vous encourageons à rester ouvert au dialogue et à prendre en considération toutes remarques constructives.

Les + : un fonctionnement intelligent & équitable.
Les moins : des risques potentiels de perméabilité des champs d’action, de malentendus et donc de confrontations.


2 - Chacun sa semaine

Chacun sa semaine : voilà qui peut sembler radical. Aux grands maux, les grands remèdes ! Si vous avez des difficultés à mettre en place un mode opératoire commun (rien de mal à cela), jouez l’alternance. Chaque semaine, l’un des deux prend les commandes : de la liste des courses à la cuisine, de la boite aux lettres à la gestion des courriers, des sorties d’écoles au coucher. Chacun fait à sa sauce ! Une option envisageable si bien entendu vos emplois du temps le permettent. Si ce n’est pas le cas, l'option 1 est à privilégier.

Les + : une méthode qui a le mérite d’être simple et peu propice aux débats (C’était à toi ! Non à toi !)
Les moins : l’administratif à gérer sur le long terme et les prises de RDV.


3 - À deux aux commandes

Pour les plus doués en communication, reste la possibilité du partage total des tâches. Ce qui nécessite une vraie organisation, des « points » quotidiens, des to-do-list partagées que vous pouvez éditer en temps réel et beaucoup de bonne volonté et de fairplay ! 

Les + : une méthode qui, si bien acceptée par les deux co-équipiers et bien installée, aura le mérite de renforcer l’esprit d’équipe et la complicité. Tout à votre honneur !
Les moins : le risque que ça ne marche qu’un temps, que l’un des deux soit moins rigoureux et finisse par faire à nouveau basculer l’équilibre.


Quelques liens intéressants et qui devraient vous être d’une grande aide : 



Le tableau de bord domestique perpétuelle : pour aider l’autre conjoint à prendre conscience de l’intégralité des tâches inhérentes à la vie de famille

OutofMilk : l’app de partage de listes de courses. 

Remember the milk : une to-do-list qui vous libère l’esprit et vous envoie de alertes quotidiennes.  

Family Wall : une appli qui vous permet d’organiser votre vie de famille grâce à un calendrier partagé et un outil de gestion des tâches. L’app vous propose également de partager des photos, on s’étonne de trouver ce service ici ! À quoi bon de toutes façons alors que vous pouvez déjà profiter de toutes les fonctionnalités de la plateforme photo du Club Kinder .

Wunderlist : une application qui permet de créer des collaborations avec les membres de votre famille, d’organiser les tâches en catégories, d’établir une date d’échéance pour chacune d’entre elles, de déterminer à qui est attribuée cette tâche, de programmer un rappel, d’ajouter des notes et des fichiers à une tâche. 

Ma Share Ecole : une application qui vous permet de partager l’emploi du temps des enfants avec votre conjoint et qui vous met en relation avec les autres parents de l’établissement pour vous simplifier le quotidien : partage des conduites, échange de services, mise en commun des infos liées aux calendriers de chaque classe, devoirs, menus de la cantine…

Et pour les parents séparés :


2houses : une app qui a pour but d’assurer de la bonne évolution de son enfant et surtout éviter les conflits. Elle fournit un tas d’outils, notamment un calendrier pour y gérer le planning de la garde de leur enfant, la possibilité d’y introduire des événements particuliers et lancer des demandes de changement de garde. Elle offre également d’autres outils tels que la gestion des dépenses, un journal de bord, un album photos, liste de souhaits d’achats, un carnet d’adresse avec les personnes à contacter. 


Et vous, avez-vous l’impression de porter une charge mentale importante au quotidien ?  Vous sentez-vous parfois épuisé(e) pour cette raison ? Avez-vous des débuts de solution à partager avec les membres du Club ? Laquelle des méthodes que nous vous suggérons pensez-vous tenter de mettre en place ? Dîtes-nous tout !

Poster un commentaire

8 commentaires

Poster un commentaire


Avatar
CHRISTOPHE F - 15/07/2018 - Répondre
Cet article est très intéressant et fait réfléchir à un investissement plus important au niveau de la répartition des tâches au sein de la famille.
Avatar
rania s - 20/06/2018 - Répondre
ce message est tres constructif, moi en tant que mere celibataire ceci ma donner du boost en tant que femme ete mere .Merci encore pour ce long message tres boostant.
Avatar
Virginie G - 20/06/2018 - Répondre
Article très constructif, dans lequel je m y retrouve également ...
(Maman de 3 enfants, travaillant postée, avec un conjoint agriculteur)
Et pour peu q'au boulot, vous avez le même sentiment, celui de devoir gérer ou penser pour beaucoup de monde...
Et bien bonjour le burnout...
Mais alors est il
Professionnel ?
ou au final plutôt familial ce burn out? !!!
N est ce pas le résultat d une charge mental trop lourde?
Et oui pour moi, le plus compliqué n est pas de faire toutes les taches, bien que la fatigue est là et bien qe les journées ne sont pas assez longues pour pouvoir tout faire...
Ce qui me gêne le plus c est le fait de devoir tout penser, même à distance, tout superviser même à distance, tout coacher même à distance...
C est organiser le quotidien de mes enfants lorsque je suis au boulot, c est la peur d oublier un rdv, ou d omettre de transmettre telle ou telle conduites pour les enfants, c est la crainte d etre absente lorsqu ils ont des angoisses...
Ainsi que devoir rappeler à Mr ses propres rdv...
Et ce qui est difficile c est qe déléguée au conjoint est souvent source de soupirement car ces hommes n ont pas la même façon de fonctionner même s ils veulent être aidant... la cuisine se transforme en terrain de guerre, le rangement laisse à désirer et si l on a le malheur de faire remarquer, c est transformé en reproches et du coup il tourne les talons pour ailleurs en râlant q il ne fera plus rien car ce n est jamais bien...
Alors mesdames, quand cessera notre exigeante?
Quand accepterons nous leurs différences dans leurs agissements?
Et vous messieurs, quand constaterez vous que ce n est pas reposant d être à la maison?
Et quand comprendrez vous q arriver le soir, nous n avons plus un grain de courage et surtout pas notre tête pour quoi qe ce soit ....
Avatar
SEBASTIEN F - 19/06/2018 - Répondre
Article très intéressant et qui fait réfléchir. Pour ma part, j'essaie de m'investir au maximum dans les tâches du quotidien et l'éducation des enfants. Je vais essayer d'en faire encore plus, peut-être en m'organisant mieux, pour laisser plus de temps libre à ma compagne.
Avatar
Aurelie S - 19/06/2018 - Répondre
Maman de quatres enfants je me retrouve en partie dans cette situation. Je dis en partie car Mr aide mais il est vrai que si je dis pas il fait pas lol
Courage à nous les filles un jour viendra où nous aussi on sera sur le canapé à attendre que le repas soit fait ainsi que le ménage, les courses etc etc
Avatar
anne c - 19/06/2018 - Répondre
merci beaucoup pour cette article et les liens... maman solo et un enfant handi. difficile de s'entendre ou d'avoir le temps de communiquer avec l'autre parent, le lien 2houses est une vrai découverte qui me servira beaucoup.
Avatar
Lucile D - 19/06/2018 - Répondre
Je me retrouve tout-à-fait dans cette illustration. Maman de deux petites filles, je dois gérer l'ensemble des tâches de la maison....mon mari me demande souvent ce qu'il doit faire mais lui expliquer me fait perdre un temps fou alors je prends en charge. Le voir dans le canapé me révolte mais c'est peut-être lui qui a raison....se laisser vivre.....en attendant, si on se laisse vivre, il n'y aura rien à manger sur la table, plus de vêtements propres dans les armoires et un bazar sans nom dans la maison! Alors il faut bien faire les choses! J'espère que les mentalités changeront pour mes filles...
Avatar
CINDY P - 19/06/2018 - Répondre
Je n'ai pas encore d'enfant, mais à 28 ans et mon conjoint 36 ans, la répartition des tâches n'est pas équitable, même si lui a l'impression de faire sa part, ce n'est pas toujours suffisant. Et parfois je suis à bout ! Trop fatiguée, trop stressée de ne pas réussir à tout faire. Il travaille, mais moi aussi, et en plus il faut penser à tout (ménage, courses, jardin, …). Je ne pense pas qu'il se préoccupe de ces choses là, c'est moi qui organise et qui fait généralement. Je ne suis pas sûre qu'il existe une méthode pour faire changer la tendance… Surtout quand c'est la maman de monsieur qui l'a habitué comme ça… D'ailleurs mesdames, si vous avez des garçons, laissez-les se débrouiller (ménage dans leur chambre, faire la vaisselle, …) pour qu'il sache le faire et qu'il le fasse étant adulte ! ;)

Nos engagements

Chez Kinder nous partageons le quotidien des familles depuis près de 50 ans. Nous avons aussi créé le Baromètre Kinder de la relation parent-enfant pour suivre et comprendre encore mieux ce que sont les familles aujourd'hui. Au fil de ces années nous nous sommes forgés une conviction : Chaque moment ensemble compte.

Découvrez le Club Kinder

Découvrez le Club KINDER

Rejoignez-nous sur le Club Kinder et découvrez des activités passionnantes à partager avec vos enfants : ateliers créatifs, jeux, recettes, histoires à lire au lit... et bien d'autres encore ! Le Club Kinder, c'est aussi des idées de sorties proches de chez vous, des avantages exclusifs, des jeux-concours et des bons de réduction sur des produits de la gamme Kinder.

Vos témoignages

Vous vivez une vie de famille intense, avec des hauts et des bas. Vous fourmillez d'idées à partager ou vous ressentez simplement le besoin de témoigner... Nous vous donnons la parole ! Peut-être ferez-vous l'objet de l'un de nos prochains articles.

À vous la parole